En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Coups de coeur

Une saga : Le Trône de Fer de George R.R. Martin

Par CHRISTIAN ROQUES, publié le lundi 13 février 2017 18:00 - Mis à jour le lundi 13 février 2017 18:00
Le trone  fer.jpg
Voici une saga énorme et culte encore en cours : Le Trône de fer de Georges R. R. Martin. Actuellement, en France nous en sommes au tome 14. Pour lire la suite, cliquez sur le titre

Le Trône de fer se situe dans un univers très médiéval teinté de fantasy. Contrairement à beaucoup de romans de fantasy,  la part de merveilleux ou de surréel est assez réduite. Le style est presque épique pendant les scènes de combat, et l’écriture séduisante car elle décrit aussi bien les états d’âme des personnages que les événements, les paysages. Et toujours avec une forme de poésie rude et percutante.

Le début de l’histoire : Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer, tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors s'en sortiront indemnes...

La plupart des critiques spécialisés trouvent que Le Trône de fer est l'œuvre la plus importante écrite par Martin ainsi que l'un des meilleurs cycles de fantasy jamais écrits. Les critiques des magazines spécialisés et des grands quotidiens ou hebdomadaires américains ont été généralement excellentes et Martin a été surnommé plusieurs fois par la presse le « Tolkien américain ».

Le New York Times n’a pas hésité pas à affirmer que Martin avait désormais dépassé le maître. Le succès autant commercial que critique de la saga a été souligné comme un fait rare dans un genre littéraire souvent dénigré par les critiques. Le Washington Post affirme après la sortie de A Dance with Dragons  qu'aucun livre de fantasy n'avait été aussi attendu depuis le dernier volume de la série des Harry Potter. En 2011, USA Today a élu Martin auteur de l'année, et Time Magazine l'a classé dans sa liste des 100 personnalités les plus influentes dans le monde. Le ralentissement de l'intrigue dans A Feast for Crows et, dans une moindre mesure, A Dance with Dragons, ainsi que l'absence d'une partie des personnages principaux dans ces deux volumes, a néanmoins valu à Martin quelques critiques.

En France, le site Elbakin.net donne à la série la note générale de 8,5 sur 10, mettant en avant l'intrigue des livres au « parfum capiteux, mêlant le fracas des batailles à la fureur des amours déchirés » et les personnages ayant « beaucoup de niveaux de gris dans cette histoire où les rôles sont rarement distinctement attribués entre bons et mauvais ». Selon cette critique, la série constitue un « véritable tourbillon d’aventures, nous accordant à peine le temps de reprendre haleine » mais ses défauts sont « une intrigue parfois artificiellement gonflée » et « une volonté de faire durer le suspense parfois légèrement plus que nécessaire ».

ActuSF délivre aussi une critique très positive, évoquant « une écriture forte et sans compromis », « un monde sombre » et « une mécanique bien huilée qui passe de personnage en personnage au rythme de la narration », « vision en décalé par rapport au grand combat manichéen que l’on retrouve souvent dans ce genre de littérature » et qui « donne toute sa force à ce cycle ».

Pour NooSFere, la série est la « nouvelle référence de la fantasy » où de « nombreux personnages et manigances s’entremêlent dans une histoire complexe réglée comme une horlogerie » et qui doit principalement son succès « au talent de l’auteur pour dresser des portraits de personnages à la personnalité fouillée, ambiguë et jamais manichéenne » et à son « art du rebondissement inattendu, du retournement de situation permanent évitant de tomber dans le cliché éculé » bien que la saga ne soit au premier abord « pas facile d'accès » en raison du nombre important de personnages et d'intrigues.