En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Programme Jules Verne au Yucatan, Mexique

Le Cobay célèbre la fête des Mères en fanfare

Publié le samedi 11 mai 2013 14:43 - Mis à jour le lundi 13 mai 2013 13:09

Ainsi l’hiver est fini, mais au Yucatan l’année scolaire semble s’étirer à l’infini; aussi pouvons-nous nous rejouïr que : “ ya llegó el mes de mayo, jajaja“, ou mieux encore chanter sur un air bien connu: « voici le mois de mai que les fêtes recommencent, voici le mois de mai que les fêtes recommencent, que les fêtes recommencent, si jolie mignonne, que les fêtes recommencent si mignonnement »;  chanson que les élèves d’ici et d’ailleurs devraient fredonner allègrement en contemplant leur calendrier scolaire où figurent un beau nombre de jours fériés, de ponts et même, pourrait-on dire dans certains cas, de viaducs.

Ainsi, depuis le début du mois, les fêtes au lycée Cobay se succèdent à bon rythme, par multiple de 5. Il y a eu la fête du travail le 1er mai, suivie de la fête de la défaite des troupes napoléoniennes du 5 mai 1862; viendra la fête des profs du 15 mai et comme le 10 restait en souffrance, le lycée Cobay y a trouvé remède en célébrant ce jour-là la fête des Mères et pas de n’importe qu’elle manière, on s’en doute bien.

                    --------------------------------------------------------------------------

La veille au soir du 10 mai, tout commence par la mise en place d’un important dispositif logistique avec l’arrivée de centaines de chaises, de tables et d’une estrade que la mairie de Progreso a prêtées au lycée. Dans la foulée, le directeur a réquisitionné pour le lendemain matin le camion municipal pour aller à Mérida chercher les cadeaux qui seront offerts aux gagnantes de la grande tombola de l'école.

Dès 7 heures du grand jour, plusieurs groupes d’élèves de tourisme et gastronomie se relayent en cuisine pour préparer les festivités culinaires prévues dans l’après-midi. Ces cuisiniers en herbe s’affairent autour des grandes marmites sous le regard sagace de la maestra Edith.

Dans les salles de classe, les cours tournent au ralenti, interrompus de temps à autre par les vendeurs de billets de tombola. Les recettes serviront à payer les achats des lots à gagner et à éponger les dépenses en boissons et nourriture qui seront offertes aux mamans à leur arrivée.

Sur la cour de récréation, des élèves répètent des danses modernes et traditionnelles sur des airs africains et mexicains et entre lesquelles s'intercale un bref retour sur la musique pop et rock des années 80.

                     --------------------------------------------------------------------

Il est maintenant bientôt 15 heures et les premières invitées viennent prendre place sur les chaises disposées à leur intention tandis que les techniciens du son et de l’image ajustent le matériel sur scène.

A la pause des 16 heures toutes les classes sont libérées et la majeure partie des élèves quitte le lycée. Les mamans affluent alors en grand nombre et forment une queue devant la guérite située près de l’entrée, là où leur sont distribués une boîte contenant une portion de spaghetti bolonaise et un "hojaldre" ou chausson fourré à la crème; le tout accompagné d’un « refresco » ou boisson fraîche. Elles vont ensuite rejoindre les premières personnes arrivées pour attendre le début du spectacle. En cuisine, quatre garçons surveillent les spaghetti qui mijotent tandis que d’autres, aidés de plusieurs professeurs, mettent la main à la pâte pour garnir les boîtes, lesquelles sont ensuite placées dans les cartons qui, une fois remplis, partent réapprovisionner la petite guérite.

                        ------------------------------------------------------------------------

A 18 heures, arrive monsieur Irving Arthur Castillo Avila, directeur de l’établissement. Il prend place au premier rang et sera le seul élément masculin dans cette assemblée féminine de quelque 250 personnes. Puis il monte sur scène pour saluer les mamans et rappelle l’importance de leur rôle dans l’éducation de leurs enfants et l’aide précieuse qu’elles peuvent apporter à l’école. (Au Yucatan où la société est de type matriarcal, on peut comparer la famille à un navire sur lequel l’homme en est sans doute le capitaine, mais la femme, le timonier.)

Puis, le coup d’envoi étant donné, le spectacle peut commencer.

Entre alors sur scène une troupe de danseuses du lycée, elles sont vêtues de longues jupes très larges, genre flamenco, et portent corsages, châles et chaussures de couleur blanche. Viennent s’ajouter une couronne de fleurs rouges  autour de la tête, un éventail à la main droite et autour de la taille, un tablier noir brodé de liserés rouges et verts. Elles entament d’emblée une série de danses traditionnelles de l’état du Vera Cruz sur un air de Jarocho, ou danse du cochon, typique de cette région par son accompagnement instrumental à corde et à percussion, comme la guitare et le pandero.   

Vient ensuite un premier tirage de la tombola et de nombreux lots sont distribués.

Puis un petit groupe de garçons fait son entrée sur scène ; ils sont à la fois clowns, conteurs, musiciens et leur numéro fait bien rire les spectatrices.

Un nouveau tirage de la tombola sert d’entracte avant que n’arrivent les danseuses pop habillées selon la mode des années 70-80, de quoi rappeler à beaucoup de mamans leur jeunesse.

Suit un autre tirage et une nouvelle troupe de danseurs et danseuses, moderne cette fois-ci, entre en scène pour nous offrir un étourdissant spectacle sur des airs africains.

Encore un tirage, puis c’est au tour d'un élève de jouer au saxophone un morceau de musique intitulé Señora Señora, composé tout particulièrement en l’honneur de la fête des Mères et dont on peut écouter la chanson sur :  http://www.youtube.com/watch?v=p3tTVHYg5eQ

 La soirée se termine par un ultime tirage, puis c’est l’heure du départ et tout le monde rentre chez soi, certaines les mains chargées, les autres vides;  en tout cas, la plupart repartent la tête pleine de bons souvenirs.

Mais c’est aussi l'heure de faire le ménage et les élèves s’y attachent. Il faut également remettre en ordre et nettoyer la cuisine qui se trouve dans l'atelier de tourisme. Les cuisiniers se changent alors en balayeurs et passent la serpillière - beau geste en ce jour de fête des mamans, chapeau les cuistots !

Pour voir les photos, cliquez sur le lien suivant : https://plus.google.com/photos/107888040128619897281/albums/5876368127089834113?banner=pwa&authkey=CNLPh96D3LuFRg