En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

OUVERTURE CULTURELLE

OUVERTURE CULTURELLE

Par ANNE GAZZURELLI, publié le vendredi 22 janvier 2016 11:15 - Mis à jour le vendredi 31 mars 2017 11:25

Chantier Arts Technologies Sciences, 14 : la restitution à Athénor

Par ANNE GAZZURELLI le 28 août 2017 à 16:50
Antoine, François, Maxime, Quentin et Sullivan, ont présenté leur machine à Athénor lors de la restitution.

Chantier Arts Technologies Sciences, 13 : la dernière séance

Par ANNE GAZZURELLI le 28 août 2017 à 16:49
Où l'on a réfléchi aux dernières modifications à apporter à la machine et à son nom...

Visite de la librairie L'Embarcadère

Par ANNE GAZZURELLI le 28 août 2017 à 16:49
Les 2BGA sont allés à la rencontre d'Agathe Mallaisé à la librairie nazairienne L'embarcadère qu'elle a co-fondée il y a trois ans.

Chantier Arts Technologies Sciences, 11-12 : la construction de la machine

Par ANNE GAZZURELLI le 2 août 2017 à 15:08
En deux séances de travail, la machine commence à prendre forme...

Rencontre avec Rachel Hausfater autour de son livre "Yankov"

Par ANNE GAZZURELLI le 2 août 2017 à 14:56
Rachel Hausfater a répondu à l'invitation de Mme Pierre et a rencontré les élèves de 1APR1, de 1ATM1 et de 1BASP pour parler de "Yankov" qui raconte la vie d'un orphelin rescapé du camp de Buchenwald.

BREAK ! La sortie à Quai des Arts des 1BEEC

Par ANNE GAZZURELLI le 2 août 2017 à 14:14
Dans le cadre du projet "Break ! Le magazine culturel des lycéens", les 1BEEC sont allés assister au spectacle "R.A.G.E." de la Compagnie Les Anges au plafond après avoir visité la scène avec Brice Berthoud, marionnettiste et co-fondateur de la Cie.

"Je lis du théâtre", 2. Rencontre avec Adrien Cornaggia

Par ANNE GAZZURELLI le 19 mai 2017 à 16:22
Participer au projet "Je lis du théâtre" d'Athénor permet aux classes de rencontrer un des auteurs de la sélection : les 1APR1 et les TRCI ont pu discuter avec Adrien Cornaggia à propos de sa pièce "Gaby et les garçons".

Quand les minots débarquent

Par ANNE GAZZURELLI le 19 mai 2017 à 14:14
Du 9 au 20 janvier 2017, la classe de 2nde bac pro ASSP a travaillé avec la Compagnie Nina la Gaine dans le cadre d'un jumelage avec le Théâtre, scène nationale de Saint-Nazaire. Chaque élève a créé sa propre marionnette, son "minot"...

Les TBASP font un spectacle d'accro-gym à l'EHPAD du site Heinlex

Par ANNE GAZZURELLI le 19 mai 2017 à 12:14
Les terminales bac pro ASSP ont présenté leur spectacle d'accro-gym à l'EHPAD du site Heinlex à Saint-Nazaire. L'aboutissement d'un travail interdisciplinaire mené en EPS, animation et arts appliqués.

L'ensemble ]h[iatus joue à l'atelier des techniciens d'usinage

Par ANNE GAZZURELLI le 4 mai 2017 à 14:04
Dans le cadre de la quatrième édition des "Instants fertiles" proposés par Athénor et le Conservatoire, l'ensemble musical ]h[iatus a joué une pièce de l’œuvre "Laboratorium" de Vinko Globokar devant les 1BTU et 2BAER.

"Je lis du théâtre", 1. L'ouverture de la valise

Par ANNE GAZZURELLI le 4 mai 2017 à 11:38
L'an dernier, les élèves de TATM1 ont lu la sélection "Je lis du théâtre" et ont su surmonter leur peur en montant sur la scène du théâtre Jean Bart. Au tour des 1APR1 et TRCI de relever le défi ! Présentation de la sélection par Elisabeth Crusson...

Chantier Arts Technologies Sciences, 10. Et c'est reparti !

Par ANNE GAZZURELLI le 31 mars 2017 à 11:43
Où les 1BAER devenus en l'espace d'un été les TBAER retrouvent Marianne Bessemoulin et Jean-Pierre Larroche pour construire leur machine volante... tout cela nécessite bien un peu de réflexion devant un tableau...

Les 2BCOM et les "Chroniques lycéennes"

Année scolaire 2016-2017
Classe : 2BCOM

 

Qu’est-ce que les « Chroniques Lycéennes » ?

 

C’est un concours national qui consiste à écrire une chronique musicale sur un ou plusieurs artistes francophones sélectionnés pour le prix Charles Cros des lycéens. Puis à voter pour ses trois artistes préférés de la sélection.

 

Dans le cadre du programme de français, « des goûts et des couleurs, discutons-en ! », la classe de 2BCOM y a participé.

 

Par groupe ou en solo, ils ont trouvé les mots pour exprimer leurs ressentis sur les artistes et leurs chansons.

 

D’ailleurs, la chronique sur Zaza Fournier de Stacy ALLUSSON a été sélectionnée pour paraître dans le supplément de Télérama (p.6).

 

Pour finir, les trois artistes lauréats du prix Charles Cros de cette année sont La Canaille, Karimouche et Zaza Fournier.

 

Bravo à tous !

 

http://www.chroniqueslyceennes.fr/

https://www.facebook.com/chroniqueslyceennes.fr/

 

 

Voici le texte de Stacy sur le disque de Zaza Fournier, "Garçon", paru dans le supplément de Télérama :

 

Zaza Fournier la nouvelle alliée des femmes...

Zaza Fournier, Camille Fournier de son vrai nom, a commencé sa carrière par hasard lorsque son professeur lui a demandé d'improviser. Elle nous montre tout son talent dans son nouvel album « Départ » qui contient la chanson « Garçon » pleine d'énergie et luttant contre la discrimination envers les femmes.

Chanson engagée pour les droits des femmes, elle donne une bonne correction aux homme ! On en redemanderait presque. Elle nous envoûte dans son univers mystérieux aussi enjoué qu'angoissant. On est tout de suite emporté dans la chanson. Comme celle de Koxie »Garçon » traitant du même sujet, Zaza nous montre son mécontentement en utilisant des paroles fortes mais sensées et ce toujours en accord avec la mélodie dansante et rythmée. On est nous-même révolté en écoutant toutes ces vérités. C'est un univers totalement décalé et un vrai moment d'évasion. À dévorer en compagnie de sales types !

Stacy

Retrouvez les autres chroniques des élèves de 2BCOM :

Sur le même disque...

Fini les robes, les mini-jupes, les chaussures à talon haut grâce à Zaza Fournier, une chanteuse de pop française, née en  1984 à Paris. Elle a commencé sa carrière par hasard et son titre « garçon » disponible sur son album « le départ » où filles rabaissées par des garçons machos peuvent s’affirmer voire même s’habiller en garçon. Avec une musique au tempo régulier, rythmée et simple qui pourrait nous faire penser à une hymne de révolte . Des paroles très morales grâce à son point de vue du profil type du garçon macho. Sa voix est chantante et prosaïque vous serez étonnés et surpris par la volonté de s’affirmer qui se dégage de sa voix. On vous conseille de faire écouter ce morceau à des garçons machos pour les faire réagir. Cette chanson pourrait nous faire penser à  « Sans contrefaçon » de Mylène Farmer qui a aussi un tempo régulier, rythmée et simple. L’autre point commun c’est ce sujet : le rabaissement des femmes par beaucoup de garçons machos et le fait de vouloir en devenir un pour ne plus être rabaissé et se sentir plus libre.Les femmes affirmez-vous, révoltez-vous, montrez à tous ces garçons machos que vous pouvez être aussi fortes et libres qu’eux.

Kyllian.

Cette jeune femme élancée au carré blond et au nez pointu que l’on pourrait comparer à Cléopâtre est née à Paris en 1984. De son vrai nom Camille, plus connu sous le nom de Zaza Fournier. Elle commence la musique dès son plus jeune âge, et se consacre à l’accordéon dès ses 15 ans. Plus tard, elle suit une formation au conservatoire de Paris.

Sa voix modulée et contrôlée est plaisante à entendre. Zaza navigue entre les graves et les aiguës d’une façon mélodieuse.

Elle a un style de musique qui s’inspire des contes de fées. Sa musique nous invite dans un monde de princesse moderne telle Cendrillon avant minuit. Mais quand on écoute ses paroles, on retombe dans la réalité.

Elle veut montrer que les filles et les garçons ne sont pas égaux, il y a de l’exagération dans les paroles, car elle accentue les clichés entre les filles et les garçons.

Emmanuelle et Cassandra.

 

Un « garçon » provoquant !

Zaza Fournier avec ses paroles provocantes et sa voix qui exprime la haine avec un tempo rapide décrit les clichés sur les hommes. Elle se démarque des autres femmes en voulant devenir un homme. Elle a une voix agaçante mais qui nous fait comprendre les choses. La musique entraînante et rythmée mais répétitive.

Zaza Fournier est une chanteuse française née à Paris qui a fait 3 albums et 2 singles.

Elle veut devenir un homme car, selon elle, les hommes ont beaucoup plus d'avantages que les femmes.

Nous n'aimons pas trop la voix de Zaza Fournier mais la musique et tout de même entraînante et agréable à l'oreille.

Medhi et Wesley.

Sur le disque de KARIMOUCHE, « Action »...

Karimouche une réalisatrice déterminée

Karimouche, Camira Amarouche de son vrai nom est née le 6 mars 1967. Elle a été costumière puis danseuse avant de se faire repérer par Philippe Delmas, c'est lui qui a lancé sa carrière en l'aidant sur son première album «Emballage d'origine» elle revient en force avec son nouvel album «Action».

Il est difficile d'échapper à l’œil de la technologie de nos jours, c'est ce que Karimouche a voulu nous faire comprendre, en nous montrant que nous sommes filmés et épiés tout le temps. Mais malgré cela elle nous donne envie de vivre et de profiter. Karimouche nous fait comprendre que nous devons être les propres acteurs de nos vie en s'adressant directement à nous.

En écoutant sa chanson on ressent l'envie de vivre et de profiter de chaque instant. Karimouche répète plusieurs fois le refrain et nous dit «c'est toi le héros, c'est toi l'attraction». Elle insiste sur le plaisir de vivre afin de faire passer un message de bonheur.

Sa voix est en total accord avec la mélodie dynamique qui l'accompagne. Sa voix paisible insiste sur les mots importants de sa chanson comme «épié» «copié» «héros».

Avec Karimouche on croque la vie à pleines dents.

Stacy

Sur le disque de LA CANAILLE, « Redéfinition »...

La canaille, un groupe effrayant !

Canaille, un groupe français labélisé révélation hip-hop en 2007. Ils sortent 3 albums studio « une goutte de miel dans un litre de plomb » en 2009, « par temps de rage » en 2011 et « la nausée » en 2014. La Canaille développe des textes engagés et une musique hybride.

La chanson «  Redéfinition » incite à la rébellion avec des paroles comme « au nom de la beauté de nos rêves éparpillés ». Ce que le groupe veut dire c’est qu’il faut arrêter de rêver !

C’est une musique régulière, angoissante et effrayante qui est jouée avec de la guitare, de la basse et une batterie, ce qui nous fait ressentir de la colère, du mécontentement et de la volonté ! Avec un clip en noir et blanc, un « homme » dansant sur une voix bourrue et tendue, en slamant !

Le groupe veut redéfinir la Canaille à leur façon !

Ugo et Matys

 

Schlague n’est pas la canaille, « Redéfinition » nous montre bien ça.

La canaille bouleverse nos représentations avec son morceau « redéfinition ». La canaille se redéfinit par « c’est », il utilise des métaphores et des comparaisons comme «  on veut la justice pas la charité », «  c’est cette plume qui rentre au pays ». Par ces métaphores et ces comparaisons, la canaille pourrait être n’importe qui comme nous ou même toi. Il se compare à un lion ou une panthère pour montrer que c’est lui le plus fort.

Avec le flow de malade qu’il a, il représente la canaille. Ces paroles sont fortes et grâce à son slam ça nous fait réfléchir. On ressent la colère et le mécontentement.

Une musique angoissante mais percutante.

Abdellah, Claudia et Jade

Sur le disque de LUCIOLE, « Une »...

Une Luciole : C’est un nom de scène et une chanson qui a du goût !

Jeune artiste, Lucile Gérard, plus connue sous le nom de « Luciole », est une compositrice interprète française née en 1986. Luciole a déjà sorti 2 albums : « Ombre » créé en 2009 et « Une » en 2015.

C’est une artiste de scène à la voix douce, nuageuse et elle maîtrise son sujet dans cette chanson et insiste sur « une »

« Je ne suis pas plusieurs, je suis UNE ! »

En l’écoutant on a envie de se mettre debout et se laisser bercer par cette mélodie. Dans cette chanson elle explique qu’elle est unique comme chacun de nous.

Bah dis donc, son clip il fait flipper ! Avec ces couleurs sombres parfois on la voit lumineuse comme une luciole !

En l’écoutant on se sent transformé en Luciole. Au milieu de ce noir chacun brille comme personne et on a envie de croquer son univers.

Shannon et Khadidja.

Sur le disque des OGRES DE BARBACK, « Dos miné »...

 

Les Ogres de Barback est un groupe français composé de quatre chanteurs interprètes, musiciens et compositeurs, tous frangins : Fred, Sam, Alice et Mathilde. En 2014, ils partent en tournée pour les 20 ans du groupe et en 2016, la famille part en concerts dans différentes villes en France. C’est un groupe de scène et pas forcément médiatique. Les Ogres de Barback est un groupe indépendant, entre frères et sœurs, ils gèrent tout eux-mêmes avec leur propre label.

Le clip est à l’image de la chanson : brut et riche à la fois. Cette dernière dénonce la domination comme celle du patron qui domine son employé, et insiste sur le fait de profiter de la vie. Comme le dit la chanson  « Danse, et fume un peu, et chante tant que tu peux ! ». On retrouve beaucoup de jeux de mots et de métaphores. Les paroles sont sensées, parfois familières mais c’est ce que l’on apprécie chez eux. Elles nous font réfléchir et la musique nous donne envie de danser.

Léa

Sur le disque de ZOUFRIS MARACAS « Chienne de vie »...

 

Zoufris Maracas a son opinion personnelle sur la vie : la vie c'est de la merde. L'instrumental de cette chanson est plutôt calme. La voix, nous la trouvons monotone. On attendrait du chanteur qu'il accentue plus sa voix sur le refrain. La chanson procure un sentiment de confiance, on se sent moins seul car au fond, on sait que tout le monde vit des galères, de degrés différents. Il donne des indications pour prouver que sa vie est nulle, il personnifie la vie en lui posant des questions : « Mais par où me fais-tu passer ? ». Il essaye de montrer qu'il est victime de sa propre vie : « moi qui n'avais rien demandé ».

Cette musique regroupe plusieurs styles comme la POP, le Reggae et le R'n'B.

Une musique agréable à écouter, une musique qui vous donne de la joie, une musique qui prouve que les obstacles sont là pour être surmontés.

Théo et Swann

 

Cette chanson est un mélange entre Renaud et Mano Solo dans l’air les paroles et du style musical, car rauque et briarde. Les rollers chicos sont comme les Zoufris Maracas, vintage. Le rythme de la musique nous fait penser aux paroles de Mano Solo dans la comparaison des paroles qui montre que la vie est courte et pleine d’embûches Le rythme de la musique est mélancolique, triste et lent ça nous fait penser aux musiques de Zaz. C’est de la musique urbaine, « manouche » pratiquée par des « junkies » qui ont un style de vie « roots » .

Enzo C, Enzo P et Ewen

 

Sur le disque de VIANNEY « Aux débutants de l'amour »...

 

Vianney est un chanteur compositeur et musicien âgé de 25 ans. La veille de ses 25 ans Vianney a remporté le trophée de l’artiste d'« interprète de l’année » aux victoires de la musique 2016.

Dans la chanson « aux débutants de l’amour », Vianney évoque la déception amoureuse. La musique de Vianney est répétitive au niveau du rythme, entraînant et léger. Sa voix est monotone mais aussi chantante, douce et modulée.

Son style vestimentaire est atypique, il évoque l’ambiance vieillotte hippie mais tout en restant classe.

La chanson nous évoque la tristesse, le dégoût et l’écœurement par rapport à l’amour. Le sentiment qu’on ressent le plus dans la chanson interprétée par Vianney est la fragilité de son cœur.

Il nous emporte dans ses pensées sentimentales.

Élodie, Manon T et Chloé

 

Son style et son flow un peu classique permettent à ses fans et à des personnes qui ne le connaissent pas de se souvenir de lui. Un adulte peut aussi bien se reconnaître qu’un ado dans cette chanson, car comme Vianney le dit si bien « Aux débutants de l’amour » s’adresse à tous.

Dans cette chanson, il dit que l’amour est éphémère et disparaît au fil du temps. Il a raison, les ados comme nous ne connaissent rien ou presque à l’amour. Pour confirmer ça, il dit « des bonheurs de papier qui s’envolent, qui s’envolent. « L’amour n’est que de passage » comme dit Booba, et Vianney le confirme. Un adulte peut aussi bien se reconnaître qu’un ado dans cette chanson, car comme il le dit si bien « Aux débutants de l’amour » s’adresse à tous.

Sa voix monotone et envoûtante nous captive et nous permet ainsi de comprendre le sens profond de son texte.

Mais ne perdez jamais l’espoir de trouver un amour fort qui dure, car chacun a le droit à ce bonheur.

Quentin et Clément

 

Vianney est un chanteur français et assez mélancolique dans ses chansons.

Sa chanson « Aux débutants de l’amour » est assez rythmée mais aussi triste dans ses paroles. Cela donne comme une impression qu’il est malheureux mais qu’il garde le sourire. Cette chanson peut tous nous inspirer car on est tous passé par là. Avec lui l’amour est comme une cigarette. Si on s’y attache trop, cela nous bouffera de l’intérieur. Pour lui le bonheur est comme le papier qui « s’envole », comme si l’amour était éphémère. Les débutants ne savent rien de l’amour mais « ils sourient à en crever et donnent chose à rêver ».

Les débutants ne savent rien de l’amour ? C’est faux ! A partir du moment où l’on tombe amoureux, on apprend beaucoup sur l’amour, que ce soit des qualités ou des défauts.

Cypriane et Kelly.

 

 

Vianney de son vrai nom Vianney Bureau âgé de 25 ans est un auteur-compositeur-interprète français.

Vianney se passionne pour la chanson dès ses 12 ans grâce à son père.

Il a grandi à Paris et à un diplôme de commerce et de stylisme.

La chanson avec laquelle il a débuté et s’est fait connaître est « pas là ».

Vianney remporte le titre d’artiste interprète de l’année à la victoire de la musique 2016.

Stromae peut être comparé à Vianney car celui-ci fait également des comparaisons et métaphores dans ses titres dont « formidable »

Vianney exprime qu’il ne faut pas se baser sur les débuts d’une relation, au début tout peut être beau mais à la fin devenir horrible.

Sa voix se qualifie croissante, prosaïque et douce.

Océane et Nina

 

"Je lis du théâtre", 5. La rencontre Coup de coeur au théâtre Jean Bart

Par ANNE GAZZURELLI le 2 septembre 2016 à 11:16

1er juin 2016, 9h-11h
Classe : TATM1

Le projet "Je lis du théâtre" se termine toujours au théâtre Jean Bart. Les élèves participant au projet "défilent" pendant deux jours sur la scène : avec 60 classes, difficile de les faire rentrer dans le théâtre tous en même temps ! C'est donc par "sessions" de 6 à 8 classes qu'ils viennent présenter des lectures, à voix haute et mises en scène, du passage préféré de leur pièce coup de coeur. Puis ils expliquent en quelques mots aux autres élèves pourquoi ils ont aimé ce texte plus que les autres.

Les TATM1 sont restées fidèles à leur premier coup de coeur, c'est donc la pièce Léonie et Noélie de Nathalie Papin, qu'elles avaient rencontré au mois de janvier, qu'elles ont défendu sans démériter devant une classe de 3e du collège Jean-Moulin, une classe de 5e du collège Julien Lambot (Trignac) et quelques classes de primaire.

Une petite mise en voix sous la direction de Frédéric Béchet... et elles se lancent !

Un grand merci à l'équipe d'Athénor et tout particulièrement à Elisabeth Crusson pour cette expérience unique... et aux élèves de TATM1, à leur curiosité et leur enthousiasme sans cesse renouvelés !

Chantier Arts Technologies Sciences, 9. Equations du CH.A.T.S.

Par ANNE GAZZURELLI le 24 mai 2016 à 15:17

18 mai 2016, 15h-17h
Classe : 1BAER

Même si le projet n'est qu'à mi-parcours, les élèves ont participé à la restitution qui se déroule au théâtre Athénor, rue du Bois Savary à Saint-Nazaire. Lors de ce temps fort, baptisé "Equations du CH.A.T.S.", toutes les classes, de la maternelle au lycée, ayant travaillé avec artistes et scientifiques au sein d'un CH.A.T.S., viennent faire des ateliers ou échanger autour des réalisations exposées dans un "cabinet des curiosités".

Et l'on peut dire que la mise en espace-installation des maquettes des élèves réalisées en arts appliqués (voir article de ce blog, CHATS, 2. La 2ème rencontre), proposée par le directeur technique d'Athénor, Bernard Poupart, a connu un certain succès, notamment auprès des plus jeunes, mais aussi des adultes, comme ce professeur du lycée expérimental, à qui les maquettes ont rappelé des oeuvres exposées l'an passé à Athénor. Les maquettes, accrochées à des câbles de la salle, étaient sous les feux des projecteurs qui projetaient leurs ombres sur un écran blanc.

Avant l'arrivée des élèves du lycée expérimental et de l'atelier théâtre d'Athénor du mercredi après-midi, les élèves ont d'ailleurs rajouté quelques maquettes avec Bernard Poupart, vérifiant ainsi qu'en fonction de la distance à laquelle était accrochée la maquette, l'ombre était plus ou moins nette.

Face aux maquettes situées tout au fond du cabinet des curiosités, se trouvaient sur un panneau noir les affiches réalisées par Jean-Pierre Larroche, regroupant (presque) tous les dessins réalisés lors de la venue du scénographe dans la classe. Ce panneau créait ainsi une sorte de petite alcôve mettant en valeur les travaux des 1BAER. Dans le reste de la salle étaient exposés les réalisations des classes maternelles et primaires.

... est alors venu le temps de la présentation par les 1BAER de leur travail au groupe Arts et Sciences du lycée expérimental et aux "élèves" de l'atelier théâtre que Frédéric Béchet anime d'habitude le mercredi à cette heure-là. Les élèves ont souligné que le travail proposé par Jean-Pierre Larroche avait bousculé leurs habitudes en atelier et en entreprise où ils ont des codes, des plans très stricts à respecter. Du coup, c'est l'entraide qui a primé pour cette immersion soudaine dans l'imaginaire. Ils ont également expliqué comment ils ont réalisé avec Frédéric Béchet la bande-son dont on peut entendre quelques extraits dans le reportage audio réalisé par Sabine Cros, journaliste à la radio nazairienne La Tribu.

Puis est venu le tour des élèves du lycée expérimental qui ont proposé trois ateliers pour explorer leur thème "Formes et motifs". Au programme : des dessins pour transcrire des sons, des dessins géométriques avec des contraintes mathématiques, des "constructions" à partir de formes prédécoupées...

Pour clore cet après-midi, avant un goûter bien mérité, ce sont les collégiens de l'atelier théâtre animé par Frédéric Béchet le mercredi après-midi à Athénor, qui ont proposé quelques minutes de spectacle pleines de poésie... sur le thème de l'envol, pour rebondir sur la thématique des 1BAER. Merci à eux...

... et merci aux 1BAER pour la curiosité et l'ouverture d'esprit dont ils ont fait preuve tout au long de cette 1ère année du CH.A.T.S.

"Je lis du théâtre", 4. L'atelier Coup de Coeur avec Elisabeth Crusson

Par ANNE GAZZURELLI le 20 mai 2016 à 17:16

10 mai 2016, 13h30-14h30
Classe : TATM1

Nous ne dévoilerons pas tout de suite la pièce Coup de coeur des TATM1 parmi la sélection que leur avait présentée Elisabeth Crusson d'Athénor il y a quelques mois, gardons la surprise jusqu'au 1er juin où elles défendront leur texte préféré devant d'autres classes.

C'est en tout cas sur cette pièce que les élèves ont travaillé avec Elisabeth, qui avait préparé une "mise en voix" de l'extrait sélectionné par les filles. Mmes Moreau et Pierre ont écouté attentivement pour diriger les répétitions qui auront lieu tous les mardis jusqu'au 1er juin. Il faudra aussi écrire un texte argumentatif pour expliquer en quoi cette pièce méritait son titre de "coup de coeur".

Rendez-vous le 1er juin au théâtre Jean Bart avec quelques photos pour illustrer la performance des TATM1 !

Prix Pelloutier, 3. Atelier BD avec Aurélie Bévière

Par ANNE GAZZURELLI le 20 mai 2016 à 17:01

28 avril 2016, 10-12h
Elèves volontaires et ULIS

En marge du Prix Pelloutier, un atelier BD a été proposé aux élèves intéressés du lycée, animé par Aurélie Bévière, scénariste de la BD Sauvage.

Voilà le déroulement de l'atelier tel qu'il avait été proposé par la scénariste : une initiation rapide à la BD (termes techniques, grands principes), un jeu-exercice sur la technique de narration BD avec des vignettes pré-dessinées à découper et coller pour raconter une histoire courte.

Voici quelques histoires : celles de Faris d'abord (1 ligne = 1 histoire) :

... de Louise :

Tiens, Amandine ne l'avait pas imaginé tout à fait comme ça...

... Amandine était d'ailleurs très inspirée !

Un grand merci à Aurélie Bévière, aux deux Justine et à Kyllian, ainsi qu'à Emmanuel Schmitt et ses élèves Amandine, Faris, Louise, Michaël et Oriane, pour leur présence et  leur participation active à cet atelier !

Avis à ceux qui ne m'avaient pas laissé leurs dessins, si vous souhaitez qu'ils soient publiés sur cet article, venez me les porter au CDI !

Chantier Arts Technologies Sciences, 8. Où Marianne revient sur le profil de Joukowski...

Par ANNE GAZZURELLI le 25 mai 2016 à 10:59

27 avril 2016, 10-12h
Classe : 1BAER

Qui ??? Mais si, Joukowski, rappelez-vous, Marianne l'avait déjà évoqué en janvier... pour reprendre ses mots, "Pour étudier l'écoulement autour d'un profil d'aile, on s'était ramené au cas plus simple d'un cercle, grâce à une transformation holomorphe ou transformation conforme".

Transformation conforme ? Qu'est-ce donc ? Marianne précise : "Définition : transformation géométrique qui se comporte localement comme une similitude."

Après quelques précisions sur cette définition, les élèves ont pu prendre leurs règles, compas et rapporteurs et dessiner des translations avec vecteurs, des rotations avec angles, des symétries axiales et quelques petites homothéties, tout cela rendant bien plus claire la définition de la transformation conforme.

Et parce que les maths, c'est quand même chouette, visionnez donc la vidéo qui illustre "The Joukowski transformation".

 

Chantier Arts Technologies Sciences, 7. La bande-son

Par ANNE GAZZURELLI le 20 mai 2016 à 15:25

26 avril 2016, 13h30-15h30
Classe : 1BAER

C'est muni de ses enregistrements sonores réalisés à l'atelier, auxquels il a ajouté des bruits de la Nasa, d'avions ou quelques notes de musique de David Bowie, que Frédéric Béchet d'Athénor a rejoint les élèves pour la réalisation de la bande-son de leur restitution de projet. Sous l'oreille attentive de leurs professeures Mmes Diaz et Pierre, les élèves ont, par groupe de deux, réalisé des petits montages audios sur le logiciel Audacity.

Montages assemblés avec virtuosité par Frédéric, que vous retrouverez bientôt en exclusivité ici (enfin si Frédéric accepte !)

"Merci d'être venue", le one-clowne-show philosophique et poétique de Sandra Meunier

Par ANNE GAZZURELLI le 20 mai 2016 à 15:16

25 avril 2016, 14h30-17h
Classes : 2BASP, 1BASP, TBASP, MCAD

En 2002, Sandra Meunier, clown et art-thérapeute commence son travail à l’hôpital , consistant à amener de l’apaisement et de la joie auprès des adultes hospitalisés, tout d’abord en neurologie puis en gériatrie, en soins palliatifs, oncologie… A partir de 2008, nait le concept de Neztoiles, l'art-thérapeute voulant transmettre sa passion à d'autres accompagnants. En 2011, Sandra Meunier met au point le spectacle « Merci d'être venue » pour diffuser sa pratique auprès d’un public large, elle le présente à Saint-Nazaire en octobre 2014. L'équipe enseignante de Sciences Médicales et Sociales du lycée assiste à la représentation, et c'est le coup de coeur. Mmes Pouchin, Boursicot et Grégoire décident donc d'inviter la clown pour qu'elle rejoue son spectacle devant les classes d'aide à la personne, faisant suite à la venue de Marie-Thérèse Bernabe Garrido l'année dernière, qui avait présenté sa pièce sur la maladie d'Alzheimer.

"Anabelle, clowne-ange de la famille des Neztoiles, choisit de descendre dans les Hôpitaux insuffler le bonheur et donner aux gens de terre un autre regard sur leurs souffrances... Sa mission : leur rappeler leurs racines de joie profonde même dans la maladie. Ses alliés : l'humour et le monde de la beauté. A son contact les patients se transforment, rient, pleurent, voyagent...Mais Chuuuutt... Ce doit être une surprise"

Texte et images tirés du site d'Anabelle, retrouvez ici d'autres images et vidéos

A l'issue de la représentation, Sandra Meunier a quitté son costume d'Anabelle pour répondre aux questions de la salle. Un spectacle émouvant qui a autant touché les élèves que les professeurs présents. Voici quelques témoignages recueillis après le spectacle :

« Merci Anabelle de nous avoir fait partager ta joie »

« J’ai adoré la façon dont elle bougeait, dans ses gestes je voyais de la douceur et dans ses paroles je ressentais le bonheur »

« Anabelle était sincère et ça venait du cœur »

« C’est magnifique de voir des gens nous rassurer sur la mort »

« Elle m’a donné des frissons »

« Le spectacle m’a fait penser aux personnes que j’ai perdu à cause de la maladie »

« Elle fait parler son corps par des expressions qui sont touchantes »

« La vision que Sandra a sur la vie est magnifique »

"J’ai trouvé qu’il y avait de la poésie dans son texte, ce qui selon moi apportait de la légèreté par instants"

"J’ai aimé découvrir qui se cache derrière le personnage d’Anabelle, j’ai trouvé très intéressant qu’elle dise quelques mots à la fin du spectacle"

"Je lis du théâtre", 3. Les 9 coriaces

Par ANNE GAZZURELLI le 20 mai 2016 à 14:02

31 mars 2016, 14-16h
Classe : TATM1

Dans le cadre de "Je lis du théâtre", les classes participantes vont au théâtre voir l'une des pièces de la sélection. Cette année, c'est la pièce Les 9 coriaces de Patrick Dubost, mise en scène par Catherine Lemoullec, que les TATM1 sont allées voir au théâtre Jean Bart.

Voilà ce que dit Patrick Dubost de sa pièce :

"C'est un texte qui parle d'anthropophagie, ou de cannibalisme... Mais avec humour et distance... Les neuf coriaces sont les neuf dernières créatures présentes sur terre car tout le monde s'est entrebouffé... Ils sont laids, d'une intelligence toute relative, sans scrupule... Ils se réunissent devant nous pour discuter / décider de l'avenir... Et faire un bilan... [...]
Les paroles, constituées très majoritairement de brèves répliques efficaces, incisives, ne sont pas attribuées... C'est aux acteurs (ou marionnettes) de se les répartir... Cela donne, au-delà de la dimension théâtrale et ludique, un aspect très musical à l'ensemble, comme une sorte de partition de paroles..."

Puisque le but de l'opération est que les élèves choisissent leur coup de coeur parmi la sélection et viennent le défendre devant les autres élèves, osons-le dire, Les 9 coriaces n'était pas leur texte préféré. Voilà pourquoi "ennuyeux" est l'un des mots qui est ressorti à la fin du spectacle, mais au milieu de "enfance, couleur, plastique, drôle, rigolo". Les élèves ont aussi un peu regretté la façon dont les acteurs disaient leur texte, comme s'ils s'adressaient à un public plus jeune. Ce qui était en effet le cas puisque des élèves de primaire étaient dans la salle... mais était-ce un choix vis-à-vis du public attendu ou un parti-pris de mise en scène ? Quoi qu'il en soit, nous pouvons présager que le coup de coeur des TATM1 ne sera pas ce texte, mais sûrement celui de quelques classes parmi la soixantaine participant au projet.

Chantier Arts Technologies Sciences, 6. Le retour de Jean-Pierre Larroche et Frédéric Béchet

Par ANNE GAZZURELLI le 20 mai 2016 à 13:30

17 mars, 9-12h et 18 avril, 10-12h
Classe : 1BAER

Cette fois, c'est à l'atelier d'aéronautique que Jean-Pierre et Frédéric ont installé leurs quartiers, en présence des professeurs Mr Averty et Roquain, Mmes Diaz et Gaultier.

Travail du jeudi 17 mars : imaginer par petits groupes des machines à réaliser en papier coloré... mais en deux dimensions... une consigne qui a un peu dérouté les élèves habitués à réaliser des maquettes en 3D. Voici l'assemblage de ces réalisations proposé par Jean-Pierre :

Travail du 18 avril : dessiner des machines volantes... là encore rassemblées par Jean-Pierre pour la restitution du projet à Athénor :

... et pendant ce temps, Frédéric enregistrait des sons que les élèves ne tarderont pas à assembler pour créer la bande-son de leur restitution.

Prix Pelloutier, 2. Rencontre avec Michaël Le Galli

Par ANNE GAZZURELLI le 20 mai 2016 à 11:17

16 mars 2016, 9h30-11h
Classe : TBTU

Michaël Le Galli est le scénariste de la BD Batchalo en lice pour le Prix Pelloutier 2016. Il a rencontre le 16 mars les élèves de TBTU qui avaient particulièrement apprécié cette BD. A l'occasion de sa venue, plusieurs autres BD dont il a écrit le scénario ont été acquises au CDI, elles ont également rencontré un grand succès auprès des élèves.

 

 

 

 

 

 

Ceux-ci ont souhaité commencer la rencontre en faisant visiter leur atelier à l'auteur pour lui expliquer en quoi consiste leur futur métier de technicien d'usinage. Moment de partage où Michaël Le Galli s'est vraiment montré très curieux, que ce soit sur le concret du métier (les machines, les matériaux travaillés...) ou sur la place des deux filles de la classe dans une section encore essentiellement masculine.

C'est ensuite au CDI que les élèves ont discuté avec le scénariste, également libraire en Bretagne, qui a expliqué les différentes étapes de son travail et sa collaboration avec le dessinateur de Batchalo. Qui a aussi évoqué ses différentes BD avec d'autres dessinateurs et sur d'autres thèmes, son thème de prédilection restant l'histoire mais avec un détour vers le fantastique ou la BD documentaire sur le thème des OGM...

A la fin de l'échange, les élèves ont offert à l'auteur une plaque à son nom qu'ils avaient eux-mêmes dessinée puis gravée dans leur atelier. Michaël Le Galli a été très touché par cette attention...

 

Chantier Arts Technologies Sciences, 5. Visite d'Apertures et rencontre avec Mathieu Chamagne

Par ANNE GAZZURELLI le 17 mai 2016 à 15:29

15 mars 2015, 10-12h
Classe : 1BAER

Petite pause dans le projet CHATS, les élèves de 1BAER ont ce mardi rencontré l'artiste Mathieu Chamagne à Athénor où il présente son installation Apertures dans le cadre de la manifestation nazairienne Croisements numériques.

Apertures, ce sont trois cadres suspendus, disposés en triangle. Trois cadres qui paraissent vides mais qui prennent vie... ou serait-il plus juste de parler de son, quand on glisse la main à l'intérieur. Des capteurs insérés dans les cadres déclenchent des sons pré-enregistrés par l'artiste, sons qui varient suivant la trajectoire de nos mains (ou simplement de nos doigts), leur vitesse... Partition que les élèves ont commencé à jouer chacun leur tour, chaque cadre ne déclenchant pas les mêmes sons, puis à trois, car comme l'a expliqué Mathieu Chamagne, chaque plage "musicale" est programmée pour trois cadres avec des sonorités et rythmes qui fonctionnent ensemble. Si sur le moment, l'artiste a changé les pistes au gré des passages des élèves, lors de la présentation en libre accès au public, les pistes sont programmées et changent à intervalle régulier. Partition qui se joue dans une salle plongée dans le noir, avec un éclairage où les spots éclairent le "musicien" en train de jouer, pour que chacun prenne bien conscience que les sons qu'il entend sont bien sont bien "son oeuvre".

A venir, quelques passages des textes des élèves écrits au retour de la visite.

 

Chantier Arts Technologies Sciences, 4. Le voyage à Nantes

Par ANNE GAZZURELLI le 17 mai 2016 à 13:09

24 février 2016, 9-17h
Classe : 1BAER

Bien sûr, il n'est pas ici question de la fameuse manifestation artistique nantaise... mais de la visite par les 1BAER de l'IUT de Carquefou et du laboratoire de maths Jean Leray à Nantes avec leurs professeurs Mmes Diaz, Gaultier et Gazzurelli, Mr Averty et Roquain et Mr Vallée, chef des travaux... où ils ont retrouvé Margaux Le Joubioux et Frédéric Béchet d'Athénor, Jean-Pierre Larroche, et Marianne Bessemoulin qui nous accueillait dans son lieu de travail.

Pourquoi l'IUT de Carquefou ? Parce qu'y travaille une équipe de 15 chercheurs de l'IRCCYN, l'Institut de recherche en Communications et Cybernétique et qu'on peut y observer leurs machines dans le grand hall où sont regroupés toutes les machines et outils de production des différents DUT.

Un enseignant de l'IUT et deux étudiants de génie Mécanique et productique nous ont présenté les différents espaces composant ce grand hall, dont on voit au premier plan les équipements du DUT Qualité Logistique Industrielle et Organisation.

La machine de découpe au jet d'eau

La machine de découpe plasma

L'atelier des matières composites

La soufflerie du DUT Génie Thermique et Energie

Et l'IRCCYN dans tout ça ?

...et bien voici le robot que nous a présenté l'une des ingénieur de recherche à l'IRCCYN, robot qui réalise des impressions 3D de grande taille, ici un prototype d'abri d'urgence imaginé après la catastrophe du Népal et fabriqué en mousse polyuréthane.

Et pourquoi le Labo Jean Leray ? Parce que c'est là que travaille Marianne Bessemoulin, la mathématicienne qui participe avec Jean-Pierre Larroche au CHATS. Nous avons donc pu visiter ce laboratoire dans une ambiance studieuse... et en silence. Un lieu qui abrite de nombreux tableaux remplis de formules mathématiques...

dans le bureau de Marianne (c'est elle sur la photo !)

... et même dans les couloirs !

... et dotée d'une très belle bibliothèque, remplie uniquement d'ouvrages et de publications en anglais, langue universelle des mathématiciens, tout aussi silencieuse que le reste du labo mais où l'on tolère une petite photo de groupe !

Mais les 1BAER n'ont pas chômé pour autant : feuilletage de la thèse de Marianne dont nous avons tous oublié le titre (elle-même s'y est reprise à plusieurs fois pour nous en donner l'énoncé !) puis travail de dessin avec Jean-Pierre. Chacun dessine sa version de l'envol puis échange son dessin avec son voisin, dessin qu'il complète. Le but : trouver un langage commun pour raccrocher les idées les unes aux autres, en référence aux cadavres exquis des surréalistes, et s'entraîner pour la prochaine venue de Jean-Pierre au lycée.

Prix Pelloutier 2016, 1. Rencontre avec Fabien Toulmé

Par ANNE GAZZURELLI le 17 mai 2016 à 10:32

23 février 2016, 14-16h
Classes : TRCI, TBTU

Tous les ans, le Centre de Culture Populaire (CCP) de Saint-Nazaire organise le Prix Pelloutier auquel participent les CE d'entreprises locales comme les chantiers navals STX ou Man Diesel. Une année sur deux, la sélection porte sur des romans, l'année suivante, il s'agit de BD. Cette année, deux classes du lycée participent au Prix Pelloutier, les TRCI et les TBTU et vont lire les 8 BD sélectionnées sur le thème "De l'autre côté" :

Résultat de recherche d'images pour "affiche prix pelloutier"

Les 8 BD sélectionnées :

 Alpha. Abidjan-gare du Nord, de Bessora et Barroux
Aux heures impaires, d'Eric Liberge
Batchalo
, de Michaël Le Galli, Arnaud Betend
Ce n'est pas toi que j'attendais
de Fabien Toulmé
Chute libre, carnets du gouffre
de Mademoiselle Caroline
La Lune est blanche
d'Emmanuel et François Lepage
Moderne Olympia
de Catherine Meurisse
Sauvage
de Gaëlle Hersent, Aurélie Bévière, Jean-David Morvan

 

Voici ce qu'en dit Anne Tessier, organisatrice du Prix :
"Avec l’équipe du Centre de Culture Populaire qui concocte chaque année la sélection d’ouvrages de notre prix Pelloutier nous nous sommes consacrés tout au long de cette année à la recherche de bandes dessinées qui révèlent le côté mystérieux, magnétique, renversant de certains mondes que l’on côtoie de près ou de loin :
la parentalité, les migrations clandestines, la Terre-Adélie, la dépression, le musée du Louvre, le musée d’Orsay, l’état de nature, les tziganes…
Et nous avons découvert des facettes de l’histoire et des aspects de notre temps qui nous donnent à voir les choses autrement, De l’Autre Côté… serait-ce du côté du jour, ou de la nuit, du côté du matin, ou du côté du soir ?"

Le 23 février, en présence d'Anne Tessier et de leur professeurs Mmes Dubourg, Struillou et Monory, les élèves ont rencontré Fabien Toulmé, auteur de Ce n'est pas toi que j'attendais. Une BD autobiographique où l'auteur raconte la naissance de sa fille Julia, atteinte de trisomie. La BD retrace la lente acceptation du handicap et la naissance d'un amour inconditionnel pour cette petite fille différente.

Les questions ont forcément porté sur Julia, mais également sur la femme de Fabien Toulmé et leur première fille Louise, les élèves souhaitant avoir des nouvelles de cette famille attachante découverte au fil des pages. Il a aussi été question des témoignages reçus par l'auteur à la sortie du livre, notamment les remerciements de parents qui se sont retrouvés dans les inquiétudes de Fabien Toulmé mais n'auraient pas osé l'aborder de manière aussi franche. L'auteur a évoqué son souhait d'écrire une BD avec Julia, quand elle sera plus grande, pour évoquer le handicap avec un autre regard.

Enfin, les élèves se sont intéressés au parcours de l'auteur et à ses nombreux voyages. Au départ ingénieur, Fabien Toulmé a choisi d'arrêter ce métier pour revenir à sa passion, la BD, avec une nette baisse de ses revenus... pour répondre à la question incontournable sur l'argent que gagne un écrivain !, un choix qu'il ne regrette pourtant pas.

 

"Je lis du théâtre", 2. Rencontre avec Nathalie Papin

Par ANNE GAZZURELLI le 17 mai 2016 à 09:18

26 janvier 2016, 13h30-15h
Classe : TATM1

Participer au projet "Je lis du théâtre" d'Athénor permet aux classes participantes de rencontrer un des auteurs de la sélection, les TATM1et leurs professeurs Mmes Moreau, Pierre et Larvor, ont pu ainsi échanger avec Nathalie Papin, moment d'autant plus apprécié par les élèves que Léonie et Noélie est le texte q'uelles ont préféré. Elisabeth Crusson était bien sûr présente ainsi que Sabine Cros, journaliste à la radio nazairienne La Tribu.

La rencontre a commencé par la présentation à l'aide d'un diaporama de la filière Assistant Technique en Milieu Familial et Collectif puis les élèves ont joué un petit extrait de la pièce où Léonie et Noélie se remémorent un souvenir d'école :

Une discussion s'est ensuite engagée autour du livre, du métier d'écrivain, de l'enfance de Nathalie Papin puisqu'elle s'est inspirée de l'enfance de sa mère à la campagne pour écrire cette pièce. Nathalie Papin et Elisabeth Crusson ont aussi lu quelques extraits de la pièce. La rencontre s'est terminée par un goûter, les élèves ayant préparé un gâteau avec leur professeur Mme Mornie-Leroy. Sabine Cros en a profité pour poser quelques questions aux élèves et enseignantes, vous pouvez écouter son reportage ici :

Chantier Arts Technologies Sciences, 3. Rencontre d'un autre type

Par ANNE GAZZURELLI le 20 mai 2016 à 15:28

20 janvier 2016, 10-12h
Classe : 1BAER

A peine quelques jours après le passage de Jean-Pierre Larroche et Frédéric Béchet, les élèves de 1BAER ont expérimenté une rencontre d'un tout autre genre puisqu'ils ont pu discuter avec une mathématicienne, Marianne Bessemoulin, chercheuse au CNRS au laboratoire de mathématiques Jean Leray à Nantes... en compagnie de leurs professeurs de maths-sciences Mme Diaz et Mr Roquain.

Je ne résumerai pas ici le diaporama de 17 pages présenté par Marianne, sachez qu'il a été question, dans le désordre, de portance, de la loi de Bernoulli et du profil de Joukowski, d'équations de Navier-Stokes, de sillage désordonné, d'écoulement turbulent, de viscosité de l'air, de transformation holomorphe et d'algorithmes...la grande qualité de Marianne étant de rendre accessible tout cela aux élèves, qui ont tout tout bien compris.

 

Chantier Arts Technologies Sciences, 2. La 2ème rencontre

Par ANNE GAZZURELLI le 13 mai 2016 à 17:14

14 janvier 2016, 10-12h
Classe : 1BAER

Lors de la deuxième rencontre avec Jean-Pierre Larroche et Frédéric Béchet, les élèves de 1BAER ont d'abord présenté chacun leur maquette réalisée en arts appliqués avec leur professeur Mme Gautier

La consigne était de positionner des formes aérodynamiques capables de mouvement sur une structure statique, afin de permettre un jeu avec l'air.

Après le visionnage du travail d'artistes ayant travaillé sur la même problématique (les machines volantes de Léonard de Vinci ou de Tatlin, les sculptures de plumes motorisées de Rebbeca Horn, les machines aériennes de Panamarenko), Jean-Pierre Larroche a proposé un exercice aux élèves.

La consigne : choisir dans la liste suivante (vent, souffle, vol, chute, aire, fluide, légèreté, lourdeur, vide, plein) un ou plusieurs mots et dessiner très rapidement un objet, une forme qui évoquent ou rendent compte de ce(s) mot(s).

                                         
                                     Exécution, réactions de JP, au tableau comme un vrai prof !

"Je lis du théâtre", 1. L'ouverture de la valise

Par ANNE GAZZURELLI le 9 mai 2016 à 15:16

8 décembre 2015, 13h30-14h30
Classe : TATM1

« Je lis du théâtre » est une opération départementale proposée par le théâtre Athénor de Saint-Nazaire et soutenue par le Conseil Général de Loire-Atlantique. Son but : faire découvrir le répertoire théâtral jeunesse par une approche ludique et vivante de la lecture. Cette année, "Je lis du théâtre" revient au lycée Brossaud-Blancho après plusieurs d'années d'absence, et ce sont les TATM1 qui y participent avec leurs professeurs Mmes Moreau et Pierre.

Ce 8 décembre, Elisabeth Crusson, médiateur artistique d'Athénor, a procédé à la célèbre "ouverture de la valise". Elle transporte en effet les pièces de théâtre sélectionnées dans une vieille valise rouge qui fait ainsi le tour des quelques 60 classes inscrites à ce projet :

Les titres que liront les TATM1 :
 
- Les neuf coriaces de Patrick Dubost
- Pierre est un panda de Christophe Pellet
- Elles deux d’Emmanuel Darley
- Cupidon est malade de Pauline Sales
- Léonie et Noélie de Nathalie Papin
- Le théâtre c’est (dans ta) classe ! de Fabrice Melquiot

Les élèves rencontreront dans le cours de l'année l'auteur de l'un des titres de la sélection puis assisteront à la représentation de la pièce Les 9 coriaces, et enfin, au mois de juin, iront défendre leur texte préféré devant d'autres classes participant au projet.

Chantier Arts Technologies Sciences, 1. La première rencontre

Par ANNE GAZZURELLI le 9 mai 2016 à 18:56

26 novembre 2015, 10-12h
Classe : 1BAER

 

Le 26 novembre, c'est le début du projet CHATS avec la 1ère intervention dans le cours d'arts appliqués des 1BAER de Jean-Pierre Larroche, scénographe, de Frédéric Béchet, médiateur artistique d'Athénor et de Margaux Le Joubioux, coordonnatrice des CHATS.

Mais d'abord, un CHATS, c'est quoi ? C'est un projet développé par le théâtre Athénor de Saint-Nazaire, dont le but premier est la rencontre d'artistes, de scientifiques et d'élèves. Autre but recherché : qu'il naisse de ces rencontres une réalisation finale sur un thème choisi par l'équipe enseignante et l'équipe d'Athénor... pour les 1BAER, les thématiques de l'air, le souffle, le vent, l'envol... Mais comme les 1BAER ont le statut d'apprentis et ont de longues périodes en entreprise, il a été décidé de mener ce projet sur deux ans.

Jean-Pierre Larroche a tout d'abord présenté son propre travail aux élèves. Vous pouvez le découvrir vous aussi à travers ces quelques liens :
- vers le site de la Compagnie qu'il dirige : Les ateliers du spectacle
- vers une vidéo où il est question d'en deça, d'au-delà mais aussi déjà de scientifiques (vers la minute 2'30)
- vers quelques dessins réalisés à l'occasion du spectacle J'oublie tout

Puis échange des rôles, ce sont ensuite les élèves de 1BAER qui ont proposé une visite guidée du pôle aéro à ceux qu'ils ne tarderont pas à surnommer "JP" et "Fred" :

Une première rencontre prometteuse, et des intervenants ravis de l'intérêt et de l'ouverture d'esprit des élèves...

 

 

 

Les activités culturelles depuis la rentrée...

Par ANNE GAZZURELLI le 1 mars 2016 à 14:15

Pièces jointes
Aucune pièce jointe